Accueil  > Carnet de voyage  > 10 voyages dans l’Arctique : anecdotes et conseils d’un voyageur 66°Nord

10 voyages dans l’Arctique : anecdotes et conseils d’un voyageur 66°Nord

Julien Million est un grand voyageur 66°Nord et un véritable explorateur de l’Arctique. Parti 10 fois dans le Grand Nord à nos côtés, c’est au Spitzberg qu’il a attrapé le virus du voyage dans les terres polaires. Svalbard, Groenland, Islande… la liste est longue. Julien nous raconte pourquoi voyager en Arctique, quelques anecdotes atypiques de ses expériences sur le territoire de l’ours polaire et ses projets futurs.

Traîneau à chiens au Groenland

Traîneau à chiens au Groenland ©Julien Million

1 – Pourquoi avoir choisi le Svalbard et comment as-tu connu l’archipel ?

Dès lors que j’ai eu la possibilité d’aller dans le Grand Nord, je ne pensais pas y retourner plusieurs fois, alors tant qu’à y aller, je voulais aller le plus haut possible. Donc j’ai regardé une carte et j’ai découvert l’archipel du Svalbard. Perdu au-delà du cercle polaire, à 90% une réserve naturelle, donc un sanctuaire pour les animaux, hébergeant plus d’ours que d’habitants, et surtout « simple » d’accès contrairement à d’autres lieux. Voilà comment je me suis retrouvé pour la première fois dans le Grand Nord et plus particulièrement au Svalbard. C’est un des endroits les plus accessibles pour vivre ce genre d’aventure…

Voir nos voyages au Svalbard

Kayak de mer au Svalbard, spitzberg

Kayak de mer au Svalbard ©Julien Million

2 – Si tu devais retenir un élément marquant de chacun de tes voyages…

Beaucoup de choses me touchent durant les séjours… Avoir ce sentiment d’être tout petit, seul au monde dans un environnement qu’on ne maîtrise pas. Se retrouver face à des animaux que l’on voit habituellement dans les reportages et se dire qu’on est privilégié de pouvoir vivre ça. La liste peut être longue !

Mais ce qui m’a le plus marqué je pense, c’est cette fine barrière qui existe dans le grand Nord, entre beauté et hostilité… Tout y est beau et magnifique, mais ça peut soudainement se transformer en enfer. Pluie, neige, grésille, visibilité nulle, vent qui accentue la température ressentie. C’est un endroit où nous sommes totalement à la merci des éléments. Il faut apprendre à se faire tout petit et à faire preuve d’humilité face à la nature. Ce sont des choses que j’ai retrouvé dans l’ensemble de mes voyages, que ce soit en hiver ou en été, peu importe la destination.

Raid à ski pulka au Spitzberg, glacier

Raid à ski pulka au Spitzberg ©Julien Million

3 – Aurais-tu des anecdotes à nous raconter?

Houla… Par où commencer ?! Des anecdotes, il y en a beaucoup !

Manger le midi sur une plage dans le nord du Spitzberg et se rendre compte en allant chercher quelque chose dans un kayak, qu’un ours arrive sur nous en trottinant tranquillement mais discrètement à cause du relief.

Des anecdotes étonnantes ? Même par -30°C, on peut faire sécher des vêtements dehors ! Ou encore, se réveiller un 14 juillet sur une plage du Spitzberg… sous la neige !

Des anecdotes pittoresques ? Entendre toute la nuit des coups de tonnerre qui proviennent en fait des glaciers qui vêlent… ça nous rappelle où on se trouve !  Ou encore sortir de la tente la nuit pour aller aux toilettes et se retrouver sous un ciel plein d’aurores boréales.

Des anecdotes rigolotes ? C’est plutôt cocasse ce que je pourrais raconter… Alors on va dire qu’à ce niveau-là, tout ce qui se passe dans le Grand Nord, reste dans le Grand Nord ! 🙂

Aurores boréales au Groenland

Aurores boréales au Groenland ©Julien Million

4 – Pourquoi cette passion du Grand Nord ?

On peine à mettre des mots sur ce qui nous attire dans le Grand Nord… La recherche de l’imprévu, de l’aventure, vivre l’instant présent, ne pas savoir de quoi sera fait le lendemain car on ne sait pas ce que la nature nous réserve… Tout simplement, vivre quelque chose de différent, sortir du quotidien ? Je pense que nous avons tous des raisons différentes qui nous poussent à y aller, à y retourner, à nous passionner pour cet univers difficile…

Face aux icebergs, Groenland

Face aux icebergs, Groenland ©Julien Million

5 – Une idée de la prochaine destination et pourquoi ?

Cette année, j’ai décidé de retourner au Groenland et plus précisément sur la côte Est. Elle est beaucoup moins peuplée que l’Ouest, les villages y sont isolés (900 km entre Tasiilaq et Ittoqqortoomiit !!), c’est le genre de truc qui m’attire ! Et aussi car le village de Tasiilaq est connu en France grâce aux travaux ethnographiques de Paul-Emile Victor qui y a hiverné. Ce qui m’amène d’ailleurs à mon prochain projet, peut-être pour l’année prochaine, à savoir, découvrir les techniques des chasseurs et pêcheurs du Groenland, en partageant leur quotidien… Mais chaque chose en son temps !

Voir notre trek dans l’Est sauvage groenlandais

Voyage au Groenland, à Qeqertaq

Groenland Qeqertaq ©Julien Million

6 – Quels conseils donnerais-tu à des voyageurs souhaitant découvrir les régions polaires ?

N’y allez pas, c’est addictif ! Je plaisante évidemment. 🙂

Pour les vêtements, je pense que les fiches du site sont assez bien remplies pour bien conseiller les futurs voyageurs… Toutefois et malgré la liste des vêtements à prévoir, préparez-vous à voyager léger ! 😉

Sinon, en terme d’attitude… avant tout être attentif car la nature du Grand Nord est fragile. En y allant, nous ne devons laisser aucune trace de notre passage, faire attention où l’on marche pour ne pas écraser des œufs ou des fleurs, ne pas laisser traîner de déchets, etc. Ça doit rester des lieux vierges de toute trace humaine !

Au Groenland ou au Spitzberg, il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas chez nous, c’est le territoire de l’ours et des petits oublis peuvent parfois avoir des conséquences. On ne sait jamais comment une rencontre avec l’ours polaire peut se passer car ça reste un animal sauvage. Donc respecter les règles de sécurité, ne pas laisser traîner son dentifrice dans sa tente, des lingettes, ou toute autre chose odorante… A ranger dans des pochettes hermétiques. Ça évitera de forcer une rencontre !

En cas de froid, on peut ne pas sentir quand notre nez ou nos pommettes gèlent. Donc il ne faut pas oublier de veiller les uns sur les autres et avertir en cas de soucis…

En fait, la liste peut être très longue. Bref, il faut être attentif… Dans tous les sens du terme.

Rennes en arctique

Rennes en Arctique ©Julien Million

7 – Pourquoi avoir choisi 66°Nord ?

C’était au départ le fruit du hasard. C’était l’agence qui proposait le séjour qui me plaisait le plus et le premier contact avec les conseillers m’ont paru très pro. En plus, il s’agissait de la seule agence qui avait un séjour “assuré” de partir aux dates que je souhaitais. Donc je me suis lancé avec 66° Nord et la première expérience ayant été à la hauteur de mes espérances, j’ai remis ça pour un 2e voyage… puis un 3e… puis un 4e et on connait la suite ! 10 🙂 A quoi bon changer si tout se passe bien !?

Merci beaucoup Julien 🙂 

Voir tous nos voyages polaires