Accueil  > Conseil d'expert  > 8 règles pour ne pas se faire manger par un ours polaire au Svalbard

8 règles pour ne pas se faire manger par un ours polaire au Svalbard

Le Svalbard compte plus d’ours polaires que d’habitants. Ainsi, il n’est pas rare de croiser ce grand prédateur lors de nos expéditions dans la toundra. Comment visiter l’archipel sans danger ? Voici 8 règles de sécurité pour voyager au Svalbard en toute sécurité.

Ours polaire au Svalbard

1 – Interdiction de sortir de la ville sans arme

Par mesure de sécurité, le port d’une arme est obligatoire quand on sort de Longyearbyen, capitale du Svalbard. Cette dernière doit être d’un calibre suffisant pour pouvoir effrayer un ours, et en tout dernier recours et si ce dernier vous attaque, l’abattre.

L’ours polaire étant le roi des lieux, toutes nos expéditions se font en groupe, accompagnées d’un guide 66°Nord, armé, expert de la destination et des règles de sécurité à appliquer dans cet environnement si particulier. Seul habilité à se servir de l’arme, il la garde en permanence avec lui, même dans sa tente durant la nuit. C’est lui qui assure la sécurité du groupe durant tout le raid.

Néanmoins, les armes sont avant tout des outils de dissuasion et d’ultime recours. Au Svalbard, comme dans le monde entier, l’ours polaire est protégé et classé comme espèce vulnérable. Abattre un ours est considéré comme un crime et fait toujours l’objet d’une enquête de police où l’auteur du méfait aura à prouver son état de légitime défense.

C’est nous qui sommes les invités sur le territoire de l’ours, et c’est donc à nous d’adapter nos comportements et nos habitudes pour, le moins possible, déranger l’animal.

Guide 66°Nord au Spitzberg

2 – Montage d’un camp spécifique pensé “ours blanc”

Une fois dans la toundra, nous voilà partis pour plusieurs jours en complète autonomie, kayak sous un bras et sacs étanche sous l’autre. Première chose à faire : monter le campement ! Et pas n’importe comment. Une fois avoir sélectionné un endroit approprié avec une vue suffisamment dégagée, nous pouvons installer la tente mess et les autres tentes. Celles ci doivent être bien espacées les unes des autres. Ainsi, si un ours s’invite dans le camp et prend peur, il pourra s’enfuir facilement sans se sentir piégé au milieu des toiles. Un ours qui panique peut devenir agressif, mieux vaut donc prévenir.

Camp au Svalbard

3 – Placement de la nourriture et tout élément odorant hors du camp

Grâce à son odorat particulièrement développé, l’ours polaire est capable de détecter de la nourriture à plus de 30 kilomètres à la ronde. La nourriture de notre campement peut donc constituer une belle source d’attraction pour le prédateur. Par sécurité, la nourriture ainsi que les produits de toilettes odorants de type dentifrice, sont placés dans des sacs gravats fermés et placés à 100 mètres du camp.

4 – Tours de garde la nuit

L’ours polaire est un animal curieux mais farouche. Il ne prendra généralement pas le risque de s’approcher d’un groupe en activité durant la journée. Mais la nuit, quand tout le monde dort et que l’atmosphère est paisible, le moment est plus propice pour s’approcher… Pour permettre à tout le monde de dormir sur ses deux oreilles et afin de maintenir une activité sur le camp, des tours de garde sont organisés durant la nuit.

Petit côté pratique de l’Arctique en été : vous n’aurez pas besoin de lampe frontale pour y voir et monter la garde. Le jour permanent facilite grandement les choses !

Surveillance du camp la nuit

5 – Pistolet et stylo d’alarme

Durant les tours de garde, la personne responsable du camp porte en permanence avec elle un pistolet d’alarme, dont le guide vous en aura expliqué l’utilisation lors du briefing sécurité. Aussi utilisé comme élément de sécurité sur les bateaux, ces pistolets lancent des fusées éclairantes ou sonores. Elles ont pour objectif d’effrayer l’ours et de le faire fuir. De même, un stylo d’alarme est également disponible aux toilettes en cas de rencontre inopportune…

Les fusées peuvent être tirées en l’air ou aux pattes de l’ours pour le dissuader d’approcher. Dans tous les cas, il est impératif de prévenir le guide si vous voyez un ours, seule personne à même de gérer la situation.

Pistolet d'alarme Crédit photo : © Raphaël Hugnet, voyageur 66°Nord au Svalbard

6 – Garder ses distances avec l’ours blanc

Il n’est pas commun de voyager sur le territoire de l’ours polaire et d’avoir la possibilité de le rencontrer dans son milieu naturel. C’est pourquoi, tous nos voyageurs rêvent de le rencontrer lors des expéditions au Spitzberg. Même si ces moments de rencontre sont toujours des moments saisissants et mémorables, nous ne cherchons pas pour autant à entrer en contact avec l’ours blanc. Nous ne cherchons ni à l’approcher, ni à le traquer, question de sécurité bien sûr. Il est évidemment strictement interdit de le nourrir.

Ours blanc curieux en approche

7 – Toujours rester groupé

Il est primordial de comprendre qu’il faut en permanence rester groupé durant les expéditions, même si parfois l’envie est grande de partir seul à l’aventure dans ces magnifiques paysages. Une rencontre en solo avec un ours blanc peut rapidement s’avérer dangereuse.

Groupe de randonneurs en haut du glacier de Svéa

8 – L’attitude à adopter en cas de rencontre avec un ours polaire

L’ours blanc est le plus grand prédateur terrestre de la planète. Plus puissant qu’un lion ou un tigre, il pèse entre 300 et 700 kg et est doté d’une force musculaire bien supérieure à la nôtre. Ainsi, en cas de rencontre avec lui, il convient de ne pas se comporter comme une proie, au risque d’être pris en chasse, déclenchant systématiquement chez l’animal un réflexe de prédation.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les comportements à adopter si l’on se retrouve nez-à-nez avec un ours sont :

  • Rester calme ;
  • Ne pas courir ;
  • Ne pas quitter l’animal des yeux ;
  • Ne pas lui tourner le dos ;
  • Prévenir le guide ;
  • Rester groupé ;
  • Faire du bruit.

Je voyage au Svalbard

 

La plupart du temps, lorsque des accidents ont été recensés sur le territoire et qu’un ours a été abattu, les règles de sécurité n’avaient pas été respectées. Autre cas, l’animal souffrait de maladie ou de malnutrition grave. Avec 66°Nord, nous accompagnons des groupes depuis 20 ans au Svalbard. Sur ces 20 années, nous n’avons jamais eu à déplorer aucun accident. Très respectueux des règles instaurées par le Sysselmann (gouverneur de l’archipel), nous organisons des moments de brief sécurité où toutes les consignes sont expliquées méticuleusement au groupe. Les règles de sécurité sont indispensables pour assurer la sécurité à la fois du groupe et aussi de l’ours, et pouvoir profiter de la beauté du Svalbard en toute tranquillité, avec un respect maximal de ses habitants.