Accueil  > Carnet de voyage  > Ma vie de kayak

Ma vie de kayak

On se préoccupe bien souvent du bien-être de nos voyageurs, de nos équipes encadrantes mais… qu’en est-il de celui de nos kayaks ? Après tout, ces derniers méritent aussi d’être mis à l’honneur tant leur rôle est essentiel dans la découverte des paysages fascinants de la Norvège, du Spitzberg ou encore du Groenland. Immersion dans la peau d’un kayak de mer 66°Nord pour découvrir un tout autre voyage…

Vous avez dit kayak de mer ?

Oui monsieur et n’est pas kayak de mer qui le veut ! Pour assurer une stabilité optimale dans un environnement où les courants sont parfois plus importants, je suis conçu pour transporter deux voyageurs ce qui me donne cette forme longue et effilée. Parfaitement adapté pour effectuer des randonnées en mer, ma vitesse de croisière se situe entre 3 et 4 nœuds, ce qui représente 5 à 7 km/h (vitesse qui dépend bien entendu des voyageurs à mon bord !).

Afin de faciliter l’effort des voyageurs, je suis doté d’un gouvernail pour assurer une meilleure direction et de manière à ce que les coups de pagaies ne servent qu’à la propulsion. Au début, le moteur (pagayeur avant) et son gouvernail (pagayeur arrière) ont du mal à se coordonner. Puis rapidement, l’osmose prend : le balai simultané des pagaies permet de s’approcher des icebergs, de découvrir une crique secrète ou encore de fendre les vagues en direction d’un front glaciaire…!

Être kayak de mer, c’est un choix motivé par la combinaison du plaisir de randonner à l’environnement maritime ; un vaste espace qui semble infini procurant ainsi un sentiment de liberté rare et unique.

Cette activité, parfois rebutante pour les randonneurs qui ne pensent pas avoir le pied marin, est en fait très accessible. D’ailleurs, on ne fait pas de kayak pour le kayak mais plutôt pour découvrir autrement l’univers arctique.

Entre deux mondes

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passait dans ces eaux d’un bleu profond ? A la frontière entre deux mondes, j’ai la chance de pouvoir assister au spectacle captivant qui se tient secrètement dans les abîmes de l’océan…

Car, cher voyageur, sachez que juste en dessous de vous, c’est toute une effervescence de vie qui a lieu !

Dans des décors majestueux, je glisse sur cette mince ligne qui sépare deux univers interagissant ensemble sans pourtant jamais se rencontrer pleinement.

En sillonnant les étendues de la mer de Norvège sur les îles Lofoten, moi et les voyageurs qui m’accompagnent passons tout près de reliefs vertigineux semblant sortir comme par enchantement de ces eaux limpides et turquoises. Les petits villages aux maisons colorées qui bordent ces côtes escarpées viennent accentuer la beauté des paysages qui s’offrent à nous.

Au rythme des pagaies, cabillauds et morues, venus en bancs depuis la mer de Barents, passent tout près sans jamais me toucher avant de continuer leur chemin dans ces zones aux conditions de frai idéales.

© Tomasz Furmanek/Visitnorway.com

Au Spitzberg, nous frôlons les icebergs aux reflets bleus saisissants en ayant comme point d’horizon moraines et montagnes enneigées. Royaume de l’ours polaire, il n’est pas rare de pouvoir l’observer se promener au loin sur ces grandes étendues glacées.

Le territoire du Spitzberg offre au voyageur qui ose s’aventurer dans ces espaces septentrionales un véritable concentré de trésors polaires : fjords, immenses toundras fleuries, vallées noyées par les glaciers… Dans l’eau, morses et bélugas se frayent un chemin parmi les glaces pour me rejoindre et nous naviguons ensemble le temps d’inoubliables instants.

Depuis la baie de Disko au Groenland, le grondement des icebergs en constante activité retentit dans toute la baie comme un coup de tonnerre. Et puis subitement, plus rien. Le silence absolu. Une ambiance envoûtante s’installe et me plonge peu à peu dans un univers fascinant où les géants de glace règnent en maître. Dans les profondeurs lointaines de l’océan, seul le chant mélodieux des baleines résonne… Après seulement quelques instants, ces créatures marines jaillissent hors de l’eau, à quelques dizaines de mètres, pour nous offrir un prodigieux ballet. Émotions garanties… !

Dans ces eaux aux reflets scintillants, le bleu glacial et saisissant de la mer offre un parfait contraste avec l’étincelante blancheur des glaciers et des paysages environnants. Depuis ces blocs de glace à la dérive, quelques phoques surveillent notre lente progression parmi ces îlots flottants.

© Cendrine Corouge

Un autre regard

Illustre moyen de transport du peuple inuit, je continue de perpétuer cette tradition à travers le temps et offre aux voyageurs un point de vue nouveau sur les paysages qui nous entourent.

Chaque voyage est unique et c’est pour cela que chaque année, j’éprouve un immense plaisir à retourner sillonner les eaux de ces mythiques régions polaires.

Et pourtant, malgré le caractère impressionnant des paysages rencontrés, l’émerveillement permanent des voyageurs à mon bord, leur joie, leurs sourires, sont pour moi la plus belle partie du voyage. Ce sont ces moments privilégiés que nous partageons ensemble qui façonnent ma vie de kayak