Accueil  > Actu polaire  > Spitzberg: récit de l’expé

Spitzberg: récit de l’expé

L’équipe de “Riding over 73” vient de terminer sa phase de repérage au Spitzberg.

Voici le récit de leur aventure: 

Benjamin : “Et bien nous voilà de retour à Longyearbyen, des images fantastiques plein les yeux et une nouvelle superbe expérience au compteur…! ;). Notre expé s’est déroulée au mieux: nous avons eu beau temps quasi tout le temps et nous avons gravi les sommets que nous voulions, notamment le Newton! Nous sommes donc parti le samedi 19 avril au matin, en motoneige. Le temps était clément et le transfert s’est bien passé, avec seulement une petite partie bien givrante dans le brouillard. Quel étrange sentiment te saisit lorsque les motoneiges te laissent seul sur la glacier, au milieu de cette immensité blanche…!

Nous avons attelé nos pulkas et nous nous somme lancés à l’aventure ! Nous avons parcouru tranquillement les quelques kilomètres qui nous séparaient du lieu ou nous voulions monter notre camp de base, au pied du Newton. Le vent s’est levé, fort, et nous avons décidé de monter le camp dans une alcôve de roches, un peu abrités. Puis ce fut notre première nuit, avec tours de garde à la clé!

A 8h du matin le lendemain, Ben nous réveille en urgence: le vent s’est levé à nouveau durant sa garde et est en train d’arracher la tente cuisine! C’est le branle-bas de combat! On vide la tente, et on l’aplatit avant de l’enterrer sous la neige!

Notre 2ème journée, on la passera dans les tentes, alternant les gardes tant le vent fut violent. Ce n’est qu’à 17h que nous pouvons enfin émerger. On consolide les murs autour de la cuisine, on mange un bout tous ensemble, et on décide de se faire un petit couloir au dessus du camp de base, histoire de se dégourdir un peu les jambes. Montée en crampons, et descente sur neige béton et très exigeante, assez difficile à skier…. Mais quelle ambiance!
Le lendemain (lundi), il fait grand beau et le vent s’est calmé. Nous décidons de partir pour le Newton. L’ascension est magnifique, avec un petit passage en crampons sur les crêtes. Au sommet, nous sommes seuls, et nous dominons une immensité glaciaire qui semble infinie. Au loin, certaines vallées sont noyées sous une mer de nuages. C’est étrange comme on a du mal à discerner la neige des nuages…

Le paysage nous laisse sans voix. Tout est blanc à perte de vue, ponctué de quelques pics rocheux acérés. L’homme ne semble pas avoir sa place ici, et nous nous sentons minuscules….

Notre objectif est atteint, nous sommes heureux! La pente pour accéder au sommet est relativement douce et continue, idéale pour un tractage avec Vincent. Nous décidons de redescendre par la face ouest, plus raide et donc plus intéressante à skier.

Mardi, nous faisons l’ascension d’Astronomfjellet, un joli sommet en face du camp. Le mercredi, nous décidons de bouger notre camp de base de quelques kilomètres, et de le monter au milieu du glacier, non loin du lieu où notre lift motoneige devra nous récupérer le samedi. La journée s’écoule à démonter le camp, le déplacer en pulka et le remonter, sous le soleil et un ciel sans nuage. La nuit, nous dépassons les -30° et les tours de garde sont rudes! Les jours suivants, nous gravissons les sommets alentours, et profitons du magnifique temps arctique. L’équipe est rodée, nous sommes beaucoup plus efficaces et rapides pour nous préparer, faire de l’eau ou à manger. Le jour arctique permanent nous fait quelque peu perdre la notion du temps, et lorsque Stefano nous récupère le samedi en fin d’après midi, cela nous fait tout drôle de reprendre contact avec la civilisation.

 

Nous sommes tous ravis de cette expérience. Pas vu d’ours, pas eu de pépin et une chance immense avec la météo… Que rêver de mieux pour une première expé ?

Merci à 66° Nord de nous avoir aider dans la réalisation de cette première reconnaissance ! Le matériel est nettoyé et rangé (nous nous y attelons depuis 2 jours! 😉

Nous repartons vendredi. D’ici là, nous avons encore quelques prestataires à rencontrer, et quelques “runs” à repérer à partir de Longyearbyen.”