Accueil  > Carnet de voyage  > 4 expériences à vivre aux îles Féroé

4 expériences à vivre aux îles Féroé

Cendrine, conseillère spécialiste 66°Nord, est partie fin avril aux îles Féroé pour découvrir ce petit archipel de 18 îles. Voici ses recommandations pour découvrir en quelques jours toute la richesse des îles Féroé.

voyage-iles-feroe-cendrine

1 – Un moment de partage avec des Féringiens

La première richesse des îles Féroé, ce sont ses habitants. Cet archipel isolé en océan Atlantique à mi-chemin de la Norvège et de l’Islande, est seulement peuplé de quelques 50 000 Féringiens (contre 72 000 moutons!).  Ce caractère insulaire est le fondement d’un esprit de solidarité et de partage profondément ancré dans l’âme féringienne.

C’est donc tout naturellement qu’aujourd’hui certains Féringiens ouvrent leur porte aux voyageurs le temps d’un repas. Cela peut être un éleveur de moutons vous faisant découvrir la gastronomie ovine sous toutes ses formes, de la soupe traditionnelle de mouton fermenté aux plats plus doux pour nos palais peu habitués. Cela peut-être aussi tout simplement un amateur de cuisine vous ayant concocté harengs sauce betterave et autres recettes de poisson. Votre hôte vous accueille dans son propre salon, parfois avec vue sur une magnifique baie et une île voisine, ou sur le match de foot du village. Votre hôte n’est pas à table avec vous, cela n’en reste pas moins un joli moment de partage et une occasion de découvrir le quotidien d’un Féringien.

Vous êtes plus mélodie que gastronomie ? Alors venez partager un « concert chez l’habitant » pour écouter en acoustique Elinborg ou un autre artiste Féringien, ou profitez de l’un des nombreux festivals en été.

voyage-iles-feroe-partage-culture-feringienne

© Greengate

2 – Gravir quelques-uns des 340 sommets

Aux îles Féroé vous n’êtes jamais à plus de 5 km de la mer. Cela n’empêche pas la plus haute montagne de culminer à plus de 800 m, de même que 10 autres sommets. Cela fait donc de l’archipel un terrain de jeu idéal pour les randonneurs, avec à la clé de leurs ascensions de superbes vues panoramiques à 360°C ! Par très beau temps, le Slættaratindur (880 m) au nord d’Eysturoy, offre après 4h de marche une vue sur tout l’archipel.

Beaucoup de tracés de randonnées sont d’anciens chemins pastoraux, balisés par des cairns (petits monticules de pierres). La nature féroïenne est partageuse mais elle est également capricieuse. Si bien que vous pouvez partir sous le soleil pour finalement vous retrouver en plein brouillard 2 heures plus tard. L’usage veut donc que vous préveniez quelqu’un avant de partir et en revenant. Si le brouillard vous surprend, il est important de rester au niveau du dernier cairn le temps qu’il se lève. En respectant ce principe, et en ne vous écartant pas du chemin, les îles vous offriront en toute sécurité des vues jalousant celles des drones !

voyage-iles-feroe-randonnees-sommets

© Visit Faroe Islands – Gabriel Nivera

3 – L’archipel des oiseaux

Qui sont plus nombreux en été que les Féringiens ou les moutons et sont de grands voyageurs ? Non, ce ne sont pas les touristes mais bien les oiseaux qui ont fait des Féroé une terre d’accueil lors de leur migration depuis toujours. C’est d’ailleurs les oiseaux qui ont apporté toutes les espèces végétales de l’archipel, celui-ci n’ayant pas d’espèces endémiques. 305 espèces ont été comptabilisées en 5 ans, dont 50 nidifient chaque année. Certaines îles sont particulièrement connues pour les espèces qu’elles abritent. Une journée sur l’île de Mykines vous permettra d’observer le fameux macareux, un oiseau à l’allure clownesque. A Nólsoy, lorsque la nuit tombe, vous pourrez y découvrir avec un guide la plus grande colonie au monde de pétrels tempête européenne. Quant à Skúvoy, le nom de l’île proviendrait de « Skugvur », le nom féroïen du grand labbe, accueillant la plus grande population de l’archipel.

voyage-iles-feroe-macareux

© Greengate

4 – La mer comme terrain de jeu

Quand on est une destination avec 1 399 km² de superficie dont 1 117 km de côtes (rappelez-vous, jamais à + de 5 km de la mer…!), la mer fait forcément partie du quotidien. A commencer pour les Féringiens avec la pêche qui reste à ce jour leur principale ressource alimentaire et économique. Ainsi il est possible de partager une journée de pêche en mer à bord d’un bateau de pêche traditionnel féroïen.

Mais il y a de multiples autres façons de découvrir les côtes féroïennes : contemplative à bord d’un voilier tel le Norđlýsiđ, dynamique à bord d’un zodiac rapide ou sportive en kayak de mer. La vue depuis la mer donne une toute autre dimension aux îles, l’impressionnante hauteur des falaises (Enniberg sur Viđoy surplombe la mer de 754 m) vous faisant oublier la petitesse des îles. C’est aussi le meilleur angle d’observation des oiseaux nichant sur ces falaises. Les grottes sont également utilisées comme salle de concert naturelle avec une acoustique toute particulière tandis que certains courageux (ou téméraires…) utilisent les falaises comme plongeoirs (activité à ne pratiquer, bien entendu, qu’avec l’encadrement de professionnels).

voyage-iles-feroe-falaises-vestmanna

© Visit Faroe Islands – Daniele Casanova

Au milieu de l’Atlantique ce petit archipel cache donc de grandes possibilités de vivre pleinement son séjour et ce, quelle que soit sa manière de voyager !